Mécanisme de la tumorigénèse

La recherche scientifique en cancérologie sur le campus de l'Institut Pasteur de Lille est réalisée par 6 équipes de recherche.

Depuis la découverte des premiers gènes du cancer, les oncogènes, à Lille, les chercheurs tentent d'identifier les mécanismes moléculaires par lesquels une cellule normale devient tumorale et finalement métastatique.

ÉQUIPE 1

Initiation des cancers épithéliaux (ICE)
RESPONSABLE : Corinne Abbadie

ÉQUIPE 2

Etudes fonctionnelles du gène suppresseur de tumeurs H1C1
Responsable : Dominique Leprince

ÉQUIPE 3

Activation de l'angiogenèse endothelium et cancer
Responsable : Fabrice Soncin

ÉQUIPE 4

Biologie du Cancer et Chimie
Responsable : Oleg Melnyk

ÉQUIPE 5

Signalisation, apoptose et cancer (SIGNAL)
Responsable : David Tulasne

ÉQUIPE 6

Immunorégulation des Cancers Viro-induits (IRCV)
Responsable : Nadira Delhem

ÉQUIPE 7

Protéines et les maladies associées
Responsable : Martine Duterque

UMS 3702

Unité Mixte de Service Institut Biologie de Lille
Directeur : Philippe Boutin

La recherche sur le cancer au cœur de la mobilisation de l’Institut Pasteur de Lille

Avec près de 8 millions de décès recensés chaque année dans le monde, le cancer constitue la première cause de mortalité mondiale. L’Organisation mondiale de la Santé estime que, d’ici 2030, le nombre de décès par cancer devrait avoisiner les 12 millions.
Depuis la découverte, faite en partenariat avec l’Institut Pasteur de Lille, de certains des premiers gènes inter venant dans l’apparition des cancers, les oncogènes, les chercheurs tentent d’identifier les mécanismes par lesquels une cellule normale devient tumorale et finalement métastatique.
La recherche en cancérologie menée à l’Institut Pasteur de Lille répond donc à un enjeu majeur de santé publique. Pour faire face à cet enjeu de taille, l’Institut Pasteur de Lille mobilise 7 équipes de recherche qui travaillent à une meilleure compréhension du rôle et du comportement des différents gènes responsables des cancers. Ces avancées ont pour objectif de permettre la découverte de nouveaux traitements contre le cancer et également de trouver des solutions afin de prévenir cette maladie.

 

Les recherches de cette équipe permettront de :

  •  Mieux comprendre le rôle et le comportement des différents gènes de prédisposition au cancer  
  • Comprendre le rôle de la sénescence des cellules dans l’apparition d’un cancer
  • Développer de nouveaux traitements.

LE SAVIEZ VOUS ?

En région Hauts-de-France, la surmortalité régionale est de l’ordre de 25  %,  tous cancers confondus, avec  une mortalité prématurée supérieure de 36 % à la moyenne nationale.

 C’est grâce aux soutiens de nos donateurs et de nos mécènes que ces recherches peuvent porter leurs fruits. Soutenir l’Institut Pasteur de Lille c’est aider les chercheurs dans leurs recherches. 

7 équipes de l’Institut Pasteur de Lille mobilisées

  • Comprendre la «  sénescence cellulaire » : il s’agit d’étudier le processus de vieillissement naturel des tissus et de l’organisme, en cherchant à identifier les voies moléculaires qui permettraient à une cellule d’échapper à la sénescence et de devenir cancéreuse.
  • Cancer et maladies génétiques : ce projet de recherche étudie comment, dans le cas de certaines maladies génétiques, certaines mutations peuvent aboutir à la formation d’un cancer. Malheureusement, dans la très grande majorité des maladies génétiques, aucun traitement curatif n’existe. Il y a donc une nécessité vitale à identifier des traitements pour ces pathologies.
  •  Comprendre la « tyrosine kinase »  : ce projet étudie ces récepteurs qui, lorsqu’ils sont dérégulés, contribuent à la progression des cancers. L’objectif est de comprendre le fonctionnement de ces récepteurs pour pouvoir les cibler plus efficacement dans le cadre de nouvelles thérapies antitumorales.
  •  Comprendre « l’angiogenèse »  : il s’agit d’étudier le processus de croissance de nouveaux vaisseaux
    sanguins à partir de vaisseaux existants, impliqué dans la croissance de tumeurs malignes et dans le développement des métastases. Les chercheurs de l’Institut Pasteur de Lille cherchent à supprimer la vascularisation de ces tumeurs, ce qui pourrait aboutir à l’élimination du cancer.

  • Les cancers «  secondaires radio-induits  »  : il a été démontré que, après le traitement par radiothérapie d’un premier cancer, un second cancer pouvait apparaître préférentiellement en bordure du champ irradié lors de la thérapie initiale. Ce projet de recherche vise à comprendre le rôle de la sénescence dans la survenue des cancers secondaires.
  • Cancer de la prostate : deux équipes cherchent à comprendre le rôle et le comportement des gènes à l’origine de ce cancer pouvant entraîner des problèmes de fertilité et d’incontinence. Une des équipes travaille sur une famille de protéines régulant certains gènes qui sont mutés dans plus de la moitié des cancers de la prostate et entraînent la survenue des métastases osseuses. L’objectif est de comprendre les mécanismes moléculaires qui participent à la formation des métastases afin de prévenir leur développement.